Les toiles de Jouy et Oberkampf

les-toiles-de-jouy-et-oberkampf1 les-toiles-de-jouy-et-oberkampf2 musee

A la fin du XVIIe siècle, l’Europe découvrait et adoptait les belles cotonnades peintes de fleurs et d’animaux aux couleurs vives, importées de l’Inde grâce aux grandes compagnies de navigation.
Mais la concurrence sévère faites aux manufactures traditionnelles de soie et de coton amena Louis XIV à décréter l’interdiction d’importation de fabrication dans tout le pays.
En 1759, avec la levée de cette interdiction, de nombreux étrangers, devenus seuls possesseurs du savoir-faire en la matière, s’installèrent en France.

Parmi eux, Christophe-Philippe Oberkampf, graveur et imprimeur du Wurtemberg, accepta la proposition de Tavannes de fonder une manufacture dont il serait directeur.
Jouy-en-Josas a été choisie pour la qualité de son eau (la Bièvre) et la proximité de Paris et de Versailles.
La fabrication débuta en 1760. Grâce à l’ingéniosité d’Oberkampf, la manufacture devint alors la plus grande manufacture d’Europe, employant 1237 personnes en 1821.
Oberkampf bénéficia de la proximité de la Cour de Versailles, passa au travers de la tourmente révolutionnaire, connut une prospérité étonnante sous le Consulat, et fut décoré de la Légion d’Honneur par Napoléon lui-même. En revanche, son entreprise subit de plein fouet la chute de l’Empire.
Jouy-en-Josas qui était alors un village devint un bourg que la fermeture de l’usine aurait ruiné si le goût de la villégiature n’avait attiré dès le milieu du XIXe siècle, une population nouvelle.

Oberkampf a été le premier Maire de Jouy-en-Josas et son beau frère, le premier Secrétaire de Mairie. Il reçut des hôtes célèbres dans sa maison, transformée en Hôtel de Ville depuis 1899. : le nonce du Pape, Marie-Antoinette et ses enfants, les impératrices Joséphine et Marie-Louise, et les grands savants Monge, Laplace, Lagrange, Chaptal, Gay-Lussac… intéressés par la chimie qu’employait alors la manufacture de toiles.

Quelques dates clés :

  • 1738 : Naissance de Christophe-Philippe Oberkampf à Wiesenbach, dans le Sud-Wurtemberg, d’une famille de teinturiers
  • 1749 : Apprentissage à Bâle, puis à Lörrach, Schafisheim et Aarau
  • 1757 : Graveur durant 6 mois chez Koechlin, Schmalzer et Cie à Mulhouse
  • 1758 : Arrivée à Paris, graveur et imprimeur pour la fabrique Cottin à l’Arsenal
  • 1760 : Installation d’une manufacture d’indiennes à Jouy-en-Josas
  • 1770 : Christophe-Philippe Oberkampf est naturalisé français
  • 1787 : Christophe-Philippe Oberkampf reçoit des lettres de noblesse, de Louis XVI. Il est fait écuyer et reçoit les armoiries, dont la devises est « Recte et vigilanter »
  • 1790 : Christophe-Philippe Oberkampf est élu premier maire de Jouy-en-Josas
  • 1806 : Christophe-Philippe Oberkampf reçoit la légion d’honneur de Napoléon qui vient visiter la manufacture. Celle-ci obtient la même année la médaille d’or de première classe à l’exposition des produits de l’industrie du Louvre
  • 1815 : décès de Christophe-Philippe Oberkampf