MASQUE ETOFFES ET LITTERATURE

13,00

Masque en toile de Jouy selon le modèle AFNOR

Motifs:
“Le meunier, son fils et l’âne”
“Paul et Virginie”
“Diane Chasseresse”

Chaque masque présente un motif différent selon la coupe du tissu

Marque: Collection et Création Musée de la Toile de Jouy

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Étiquette :

Description

Composition : 100% coton
Lavage à 40°
Fabrication : France

Histoire des  motifs

Diane chasseresse

Cette toile au motif de Diane chasseresse, agrémenté de médaillons à sujet antique, a été éditée par la Manufacture Petitpierre à Nantes vers 1785. Diane est une divinité romaine assimilée à la déesse de la lune Sélénée et à Artémis du panthéon grec. Ayant fait vœux de chasteté, elle vit dans la forêt à la lisière entre le monde sauvage et civilisé, en compagnie de nymphes, jeunes filles farouches qui repoussent ses prétendants. Divinité de la chasse, de la guerre et de la nuit, elle est symbolisée dans les arts par son arc, le front surmonté d’un croissant de lune, parfois accompagnée d’une biche ou d’un chien. Figure érotisante, Diane chasseresse est très à la mode au XVIIIe siècle, depuis que Louis XIV a commandé 12 statues de Diane et ses compagnes pour le château de Marly. Les arts décoratifs s’inspirent de ce thème, prétexte à la représentation de nu héroïque. D’autres indienneurs que Ferdinand Petitpierre (1746-1803) produiront des toiles imprimées à l’honneur de la déesse, Christophe-Philippe Oberkampf notamment.

Le Meunier, son fils et l’âne
Dessin de Jean-Baptiste Huet
Manufacture Oberkampf, 1797
Toile de coton imprimée à la plaque de cuivre

Cette fable écrite très tôt en 1647 par Jean de La Fontaine s’inspire d’une histoire ancienne connue en Italie puis en France au XVIe siècle.

Ses fables sont souvent illustrées dans les toiles imprimées. La Manufacture de Jouy en imprime plusieurs compositions. À la demande de Christophe-Philippe Oberkampf, Jean-Baptiste Huet réalise un dessin sur le thème du meunier, son fils et l’âne en 1797.

Les cinq scènes dessinées suivent le déroulement de la fable. On y voit l’âne porté par le meunier et son fils, le fils montant l’âne, le meunier montant à son tour sur l’animal ; puis le meunier et son fils se retrouvant tous deux sur l’âne, pour finalement laisser l’âne marcher sans cavalier. Les passants trouvant dans chacune de ces situations de quoi se moquer, le vieil homme décida de ne plus se soucier de leur avis. La morale de cette fable montre qu’il n’est pas possible de contenter tout le monde. Ainsi elle invite à ne plus se soucier du qu’en dira-t-on et par là même à rester libre de ses décisions.

Paul et Virginie
Dessin de Jean-Baptiste Huet

Coton imprimé au rouleau de cuivre, inv. 982.22.a
Musée de la toile de Jouy, vers 1802

Cette toile s’inspire du roman de Bernardin de Saint-Pierre paru en 1788 dans le tome IV des Études de la nature, puis en édition séparée en 1789.

Ce livre connut une grande variété d’adaptations théâtrales – comédies, drames, tragédies, pantomimes -.
L’action se déroule sur une île de France (île Maurice). Une idylle s’est nouée entre Paul et Virginie. Cependant, Virginie doit rejoindre sa tante en France. Lors du départ une violente tempête se déchaîne et le navire fait naufrage. Virginie tombe à l’eau et se noie.
Jean-Baptiste Huet, auteur du dessin préparatoire, a pu puiser là son inspiration.

 

Informations complémentaires

Poids 11 g
Dimensions 18 × 18 cm
Motif

, ,

Couleur

Bleu, Rose, Taupe, Violet